Année Saint Joseph

« Il me vient à l’esprit combien nous serions heureuses si avec Marie, notre bonne Mère, nous nous donnions demain à Dieu sans réserve et sans le moindre partage. Les âmes qui ne refusent rien à Dieu savent ce que c’est que de lui appartenir sans partage ; que cette expérience doit être douce ! Quand est-ce que nous la ferons ? La fidélité dans les petites choses est un des plus grands moyens d’y parvenir. Prions notre père saint Joseph et nos Saints Anges Gardiens de nous l’obtenir. Je vous salue, mes très chères sœurs, ainsi que toutes nos enfants… »


Lettre CLXXIV 20 novembre 1832 Sainte Émilie de Rodat